Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Création de photomontages
  • Création de photomontages
  • : Les photomontages et les voyages des lieux magiques avec beaucoup de photos.
  • Contact

PAYS DES VISITEURS

Recherche

NOMBRE DE VISITEURS

NOMBRE DE VISITEURS
DEPUIS 02-05-2005

Archives

Texte libre

Articles Récents

1 novembre 2005 2 01 /11 /novembre /2005 00:00

 

Le jour suivant notre installation chez notre famille à GARDNERVILLE dans le NEVADA), location d’une voiture qui va nous permettre d’aller à LASSEN VOLCANIC NATIONAL PARK (nord de la CALIFORNIE). Un parc pas très connu et géologiquement semblable à YELLOWSTONE.

Nous partons par la route 395 en passant par RENO, une route magnifique et très peu fréquentée à partir de RENO. Cette route va nos permettre d’arriver à Susanville où nous avons prévu de nous arrêter pour passer la nuit. Nous trouvons un Motel typiquement américain, cette ville de passage mais qui permet d’aller vers différents lacs et dans la quelle il y a quelques restaurants permettant de se plonger au cœur de la vie américaine.

Le matin départ vers 9h toujours par la route 395 route emblématique de la région et très montagneuse à partir de Susanville.

Il nous reste 80km pour arriver. Pas très loin mais ça monte énormément. Nous quittons la 395 pour prendre la 44 pendant quelques kilomètres et la 89, nous arrivons, il fait froid à cause de l’altitude et de la saison. Quelques sommets des montagnes sont enneigés. Nous traversons des endroits très volcaniques qui nous montrent ce que les éruptions peuvent provoquer et comment elles transforment les paysages. Ce que nous traversons nous émerveille. Des lacs comme Lake Helen très sauvage et très peu fréquentés, Emerald Lake, ils sont à environ 2 500m d’altitude.

Nous continuons à traverser des lieux magiques par les couleurs des montagnes. Inutile de vous dire que les animaux sauvages, sont chez eux ici, comme les ours gris, les coyotes, les lynx et bien d’autres. Cela doit nous guider vers la prudence, car un accident dans ces lieux peu se transformer vite en cauchemar. Les Ranger Station se trouvent à l’entrée et la sortie du parc. Pas très loin en kilomètres mais loin en temps car la route est formée de virages et des virages sur la partie sud.

Nous continuons la route 89 et là sans quitter la route nous sommes interpellés par une fumée épaisse de couleur blanche et jaunâtre. Nous sommes arrivés à Sulphur Works. De part et d’autre de la route, des fumerolles, de la boue chaude et autres gaz s’échappent des entrailles de la terre. Le temps est gris avec des nuages qui enveloppent les montagnes.

Inutile de vous dire que nous étions émerveillés par le spectacle aussi magique que grandiose.

Sans le vouloir, nous arrivons à la sortie du parc part sa partie sud. Le Ranger qui se trouve de service nous souhaite une bonne route d’un signe de la main. Plus loin nous faisons demi tour pour rentrer de nouveau dans le parc. Nous arrêtons la voiture à l’entrée du parc pour signaler au Ranger que nous étions sorti par inadvertance.

Il nous permet de rentrer, nous avions traversé le parc sans avoir vu Bumpass Hill qui est l’endroit qui caractérise avec Cinder Cone le parc.

En route vers le nord pour arriver dans une aire de parking en face de Lake Helen ou se trouve une piste impraticable en voiture très rocailleuse qui mène à Bumpass Hill. Après 1h de randonnée et une descente assez prononcée, les odeurs de sulfure nous confirme que nous sommes pas très loin de ses manifestations géothermiques et géologiques, nous avançons vers une galerie de phénomènes naturels et tout d’un coup, sources d’eau chaude, des marmites de boue sulfureuse, des émanations de soufre, de la fumée blanche et épaisse laiteuse par endroits s’offre à nos yeux. Là, nous sommes au cœur des phénomènes naturels. Un ponton en bois, permet de traverser et admirer tout le spectacle. En même temps tout cet émerveillement change de couleur en permanence en fonction de la lumière du jour et des bactéries qui parviennent à vivre dans ces eaux chaudes et acides, c’est à elles que ces phénomènes doivent les couleurs étonnantes. Nous restons 1 heure pour admirer ce spectacle que nous avons tant désiré et tant souhaité voir. Nous ne pouvons pas rester plus longtemps à cause des nuages qui semblent disposées à nous gâcher la fête. Le temps change très vite dans ces endroits et ne voulant pas que ces moments magiques ne se transforment en moments tragiques, nous faisons demi tour.

Le retour se complique, de la pluie, des flocons de neige et un brouillard très épais ne permettant de voir à plus de 5 mètres nous accompagnent durant plus de 50km jusqu’a Susanville. Tout a changé, nous ne voyons plus les paysages, il fait nuit à 15h30. Nous nous guidons sur la route à l’aide de la ligne séparatrice des deux sens de circulation. L’atmosphère est pathétique et pesante, mais nous arrivons à Susanville où nous passerons la nuit du retour à Gardnerville.

Nous sommes récompensés des kilomètres que nous avons fait pour arriver jusqu'à là.

Le souvenir de cet émerveillement restera gravé au plus profond de nous-mêmes. Les photos prises ne font que nous rappeler et aviver notre mémoire de la magie de la terre qui vit et qui respire donnant des signes d’un probable regain d’activité dans cet endroit isolé dans un coin

perdu du sud de la chaîne montagneuse des Cascades. Il ne faut pas oublier que ce parc est formé quasi en totalité par des terres volcaniques et se trouve au fond d’une caldeira, cratère géant formé par l’effondrement d’un ancien volcan. Lassen Peak est avec le Mont Helens (Oregon) et le Mont Katmai ( Alaska ), le seul volcan encore en activité aux Etats-Unis, dernier survivant d’un chapelet qui s’éparpille vers le sud depuis le Canada. La dernière éruption date de 1915. Il émit un énorme nuage de fumée de vapeur et les cendres qu’il propulsa à plus de 100Km. Le parc fut fondé l’année suivante dans le but de protéger ces paysages volcaniques.

Il y a peu d’endroits qui à l’image de LASSEN VOLCANIC NATIONAL PARK témoignent de l’infinie puissance de la terre.

Entrée à LASSEN VOLCANIC NATIONAL PARK

Nous sommes sur la 44 pour rejoindre la 89

Voici la 89 à l'interieur de LASSEN VOLCANIC avec au fond des montagnes d'origine volcanique.

Helene lake sur le bord de la 89

Emerald lake au bord d'un ancien volcan avec une eau très claire et très pure.Une merveille de lac entouré de montagnes.

Ce lac est alimenté par les neiges qui durent 6 ou 7 mois par an.

Eagle Peak 3 180m, avec sur la gauche avec une tache de neige. Cette montagne est formée des restes d'un ancien volcan. Sur la droite les couleurs nous donnent de signes de l'état géologique de la région.

Ici nous sommes à Sulphur Works ( voir la carte du parc. Voici une fumerolle avec émanation gazeuse qui s'échappe par un orifice de la paroi de montagne volcanique et qui correspond au dégazage tranquille et régulier d'un magma en profondeur. Les émanations se produissent  même hors période éruptive comme s’est le cas ici.

Détail de la photo superieure, ce trou est une fissure ouverte par laquelle s'échappent des gaz d'origine volcanique (vapeur d'eau, hydrogène sulfuré, gaz carbonique, etc.) plus ou moins chauds (entre quelques dizaines et quelques centaines de degrés Celcius). Autour de laquelle souvent des dépôts colorés se fixent.

La même fumerolle en pleine activité de d’émanation gazeuse. Là vous pouvez voir une émission de vapeur d’eau surchauffée, à partir de la bouche éruptive des parois. Les fumerolles sont principalement chargées en hydrogène sulfuré, gaz carbonique et parfois aussi méthane.

Ces paysages font partie de Bumpass Hell ( voir la carte du parc ). Ils vous plongent au cœur des phénomènes d’origine volcanique. La beauté est extraordinaire et vous amené à vous poser des questions scientifiques sans réponse comme la date de la prochaine éruption qui semble éminente.

Tout fume, tout porte les traces des origines et du temps passé mais qui est toujours présent plus que jamais. Un lieu où le futur est présent.

Tout est vivant à Bumpass Hell.

Quel spectacle nous offre la terre, quelle merveille, tout le décor est là, le ciel avec une couleur bleue très sombre presque noire et lumineuse à la fois, les grondements de la terre qui semble respirer par les fumerolles.

Ici tout est unique et différent, l’eau est de couleur vert claire, les flancs des montagnes jaunes et orange.

Les montagnes se détruisent en formant des blocs qui glissent et finissent par arriver là où ils sont sortis. Tous les blocs de roche sont comme des prismes qui prennent des couleurs en fonction des états d’âme de la terre.

Ici les paysages ressemblent à des tableaux sous réalistes et pourtant bien vivants et réels, l’eau d’un vert métallique, mais très transparente malgré quelle porte les traces de composants chimiques que la terre lui à donné.

Encore des fumerolles.

 

Admirez les paysages de rêve qui se métamorphosent à cause des couleurs, des petits ruisseaux d’eaux avec des couleurs des métaux et acides qui leurs donnent ces couleurs.

Ici une grande fumerolle en forme de puit à l’état passif, mais pour combien de temps ? Les bords craquelés semblent nous indiquer qu’elle a passé plus d’un mois dans un état de repos. L’eau reste transparente.

La formation des fumerolles est très variée en forme et en grandeur. Je vous laisse imaginer le résultat lorsque ses fumerolles passent à l’état actif. Les éruptions deviennent très spectaculaires et forment des paysages qui dépassent l’imagination.

Par endroits, des passerelles ont été mises en place pour éviter des accidents et donner aux visiteurs un minimum de sécurité. Car les imprudences peuvent se transformer en cauchemar. Malgré tout les lieux ne sont pas très fréquentés et les paysages nous plongent dans une atmosphère pesante, indescriptible.

Une fumerolle pleine d’eau, l’eau n’est pas visible tellement elle est transparente mais bien présente. Les couleurs que la composent dans sa partie cylindrique révèlent les différents gaz et acides qui se sont échappés.

Ici tout est boue, et comme dans une marmite tout est porté à ébullition formant des bulles de se phénomène nous démontre que à faible profondeur la température est très élevée.

Malgré tous les phénomènes géologiques la température est assez froide entre 3° et 5°C. Quelques minutes plus tard des flocons de neige tombaient et nous obligea à quitter ces lieux inhospitaliers avant de admirer une dernière fois ces merveilles de la terre.

Tout se transforme, tout est fumé, l’odeur est très forte, les émanations de divers gaz et eau deviennent de plus en plus fortes, la visibilité se réduit d’une manière importante, la terre gronde comme pour prévenir que le plus fort reste à venir. Mais, quel paysage magnifique.

Repost 0
24 octobre 2005 1 24 /10 /octobre /2005 23:00

 

Bienvenue à San Francisco, ville de départ de notre voyage. Considérée comme la plus européenne des métropoles américaines.

La population est d’environ 800 000 habitants. L’altitude de la ville varie entre le niveau de la mer et 300m.

Le climat est tempéré, sa situation géographique vis-à-vis de l’océan exerce une influence modératrice sur le climat, par conséquent, la température descend rarement en dessous de 0°C. Durant l’été, il y a du brouillard ce qui fait que cette ville joue souvent à cache cache et souvent invisible par endroits. Ce brouillard qui se forme souvent tôt le matin ou dans la matinée se dissipe souvent dans la journée ( sauf lorsque nous sommes allé traverser le Golden Gate Bridge qui nous empêché de voir à plus de 20m). Lorsque nous l’avons traversé à pied aller et retour, soit 5,579km nous étions plongés dans les nuages et cette traversée nous a plongé dans une atmosphère presque magique et très particulière. Nous étions presque seuls à le traverser à pied, mais quel souvenir inoubliable car ce pont il faut le traverse au moins une fois à pied lorsque il est envahit par les nuages.

Il y a une multitude de choses à voir et à faire à San Francisco, prendre le Cable Car élément essentiel de la vie de cette ville. Le Cable Car déclaré monument historique en 1964. Aujourd’hui, il existe 3 lignes : Le Powel-Hyde, le Powell-Masson et le California avec un total de 37 voitures parcourant 17Km de rails. Les Cable Car n’ayant pas de marche arrière, doivent être tournés à la main à la fin de la ligne, pour faire demi tour.

Vous pouvez aller aussi à Fisherman’s Whars, à l’origine un quai de pécheurs et de marchants de poissons est aujourd’hui l’endroit le plus le plus touristique. Aux nombreux restaurants de poissons gérés par des familles par les anciennes familles de pêcheurs italiens se sont ajoutés  des centres commerciaux comme PIER 39 qui fut construit avec les matériaux de plusieurs quais désaffectés, sans aucun doute l’un des endroits le plus visité. Les magasins de souvenirs, de vêtements, d’artisanat et curiosités alternent avec les restaurants de poissons. Au bout de PIER 39, sur la gauche une bruyante colonie d’otaries occupe les pontons d’amarrage normalement réservé aux voiliers de plaisance.

Des PIER 39 et 41 partent les ferries reliant San Francisco aux villes de la baie et à l’île d’ Alcatraz. Pour visiter Alcatraz, je vous conseille d’aller la veille de votre excursion acheter les billets à cause des files d’attente.

Ne pouvant tout d’écrire en quelques lignes, je laisse place aux photos qui vont donner une image de cette ville qui nous a émerveillé à tous les points de vue.

San Francisco est une ville toboggan magnifique.

Une ville qui se développé en s’adaptant à la morphologie du terrain mais comme toute ville américaine elle est resté traditionnelle au niveau de la infrastructure des fils téléphoniques.

Voici Lombart Street.

Tout monte, tout descent.

La ciculation reste tès fluide.

Lombart Sreet au coin de Hyde Street, cette partie de rue est la partie la plus sinieuse du monde. 100m et 8 virages. Jusqu'à 1922, cette parie était l'une des plus raides de la ville avec 28%. Pour faciliter l'accés, on y construit 8 virages, ont donné à Lombart Street son caractère unique.

Ici une partie du centre ville avec à gauche la fameuse pyramide Transamerica qui loge de compagnies d'assurance.

Chinatown est le quartier du dépaysement total et la première communité chinoise aux Etats Unis. Sa population est estimée à 130 000 personnes.

Les façades de immeubles elles aussi sont adaptées aux goûts de tradition chinoise.

Tout semble indiquer que nous sommes en Chine, de nombeux chinois ne parlent pas l'anglais et toutes les traditions sont là.

Ici, nous voyons le melange de tradition chinoise et américaine. Les escaliers que nous trouvons dans de nombreuses façades américaines et les coleurs et les enseignes de idéogrammes chinois.

Image caracteristique de Chinatown.

Cette image nous montre les conditions de vie de ce peuple qui par nécessité ne vit que pour travailler, comme ceux qui furent recrutés par la Central Pacific pour travailler à la construction du chemin de fer transcontinental.

Evolutions matinales d'une adepte des traditions chinoises.

 

Ici les chinois s'y retrouvent pour jouer aux jeux de tradition chinoise et pour pratiquer le tai-chi surtout le matin.

Ce pont Oakland Bay Bridge, construit sur deux niveaux mesure plus de 5km de long est plus long que le Golden Gate Bridge. Ici pris par un peu de brouillard du matin.

L’emblématique Golde Gate Bridge avec sa couleur orange, reste le symbole de la ville.

Longueur 2,790Km.  Largeur 28m.  Hauteur des piliers 227m.  Profondeur des fondations 34m.  Diamètre des câbles porteurs 0,90m. Longueur de chaque câble 2 332m. Nombre de fils par câble 27 572.  Nombre de filins par câble 61. Longueur totale des fils 129 000.

Toutes ces données donnent la mesure du colossal travail réalisé en 1937 qui demandât 4 ans de construction.

Ici un des piliers avec ces 227m.

Ayant traversé à pied le pont, voici la seule partie visible du pont. Là nous avons deux symboles de la ville, le Golden Gate Bridge et le brouillard qui l’enveloppe.

Le brouillard va nous accompagner pendant la traversée à pied aller et retour.

Là nous sommes coté sud direction Sausalito.

 

Là nous voyons cette bande de brouillard, du à l'air chaud de la vallée intérieure qui crée un soulèvement d'air venant du Pacifique, l'air en traversant l'océan et en se refroidissant au contact de l'eau, se condense et forme le brouillard de la cote.

 

Encore une image du Golde Gate Bridge à moitie découvert.

En 1775, l'espagnol Juan Manuel de Ayala baptisa ce bout de rocher "Isla de los alcatrces"

île aux Pélicans. Cet îlot de 5ha, haut de 41m devint le pénitencier le plus célèbre des Etats-Unis. Plus de 1 500 détenus y furent incarcérés entre 1934 et 1963. La capacité était de 250 détenus isolés dans des cellules de 1,5m sur 3m. Un gardien pour 3 détenus comptés 13 fois par jour. Alcatraz ferma en 1962 suite à 3 évasions.

 

 

Une partie de San Francisco occulté par les nuages.

Voici le resultat de San Francisco sous les nuages.

Une autre atraction de San Francisco se trouve au fond du Pier 39 avec la bruyante colonie d'otaries.

Toute la journée la passent à se baigner et se sécher sur ces plateformes.

Encore un symbole de San Francisco. Le pittoresque cable car.

Une fois arrivé à la fin du trajet n’ayant pas de marche arrière, ils doivent être tournés à la main à la fin de la ligne. Ici le conducteur le fait tourner.

Après l'avoir fait tourner le conducteur se dirige à son cable car.

Tous les moyens de transport sont utilisés par les touristes. Vous pouvez louer ce moyen de transport pour la journée.

Nous, nous prenons le car qui va nous mener à la gare du train qui se trouve à 20Km. San Francisco ne possedant pas une gare de trains.

Au premier étage de certains wagons se trouve une partie permettant de voyager en regardant le paysage. Le tout avec un commentateur officiel qui commenta les endroits que nous traversons par haut parleur.

Départ en train pour Reno ( 4h30 en voiture 5h30 en respectant correctement les limitations de vitesse ).

St Francisco ne possédant pas de gare, nous devons prendre un car (prix compris dans le billet de train ) qui va nous amener à Emerville ( 17 à 20 Km de San Francisco ) et de là prendre le train, normalement 6h de train mais il a 1h de retard, donc 7h pour faire 300 Km. Le train très confortable. Nous montons à l’étage et à cet étage il y a des wagons qui permettent de se placer face au paysage. Là c’est une surprise pour nous. Pendant tout le voyage un guide officiel n’arrête pas de donner des explications sur les régions que nous traversons. Dans les wagons normaux les sièges peuvent s’incliner à l’horizontale.

Le seul problème est la vitesse. A titre indicatif, un train régional en France va beaucoup plus vite. Mais les paysages sont magnifiques et nous ne sommes pas pressés.

Arrivés à Reno où nous sommes attendus par la famille. Départ pour Garnerville, ville situé à 15Km de Carson City et à 100Km de Reno.

Gardnerville est une ville typique et moderne du Nevada. Dans cette ville comme dans les autres villes de la région, vous ne voyez les piétons que lorsque ils descendent de leur voiture dans les parkings pour aller faire les courses. Tous les magasins sont immenses et étendus en surface. Les gens vont prendre le courrier dans leurs boite à lettres en voiture, les boites étant situées sur la route principale. Le courrier peut être posté sans descendre de la voiture, ils peuvent se faire servir leurs repas dans leur voiture,manger aussi dans leurs voiture. C’est la ville voiture. Là c’est trop.

Mais attention, vous avez de restaurants très, très bien qui n’ont rien à envier aux restaurants français, les prix varient entre 30 et 50$ par personne. Donc coté gastronomie, tout est fonction de vos moyens, c’est comme partout même en France. Une chose est certaine la viande est très supérieure du point de vue qualité qu’en France et cela dans n’importe quel restaurant.

Le quartier où nous allons passer une partie de nos vacances est magnifique avec comme décor naturel La Sierra Nevada.

SUITE DU VOYAGE: http://photomontages.over-blog.com/article-1118076.html

Repost 0
16 septembre 2005 5 16 /09 /septembre /2005 23:00

 

Entourée de magnifiques demeures et de nombreux restaurants, c'est un de lieux les plus animés de la ville. Toros de fuego concerts confèrent à la place un air de fête.

 

 

Sur la place près du port, le point de rencontre mais là c'est la fin de la jounée en hiver.

 

Le port fut construit au XIIe siècle. Il abrite une flotte de bateaux en bois aux couleurs vives qui lui confèrent son côté pittoresque.
La pêche à la baleine, à la morue, à la sardine et au thon ont fait la réputation des pêcheurs basques. En 1950, Saint-Jean-de-Luz est le premier port sardinier et thonier de France.
Une des attractions du port est de voir arriver tôt ( 6 ou 7h ) le matin les bateaux chargés de thons de très grande taille pour les vendre à la criée.

En face sur cette photo se trouve la petite ville de Ciboure avec la maison du musicien Maurice Ravel.

 

Le port donne toujours une certaine animation à toute heure de la journée.

 

A l'époque de sa splendeur (du XVIe au début du XIXe siècle) cette petite ville fut habitée par de grands personnages fortunés qui lui léguèrent de magnifiques édifices tels l'hotel particulier "Pocoenia" ou la "maison de Louis XIV"... Où ce dernier résida lorsqu'il vint épouser Marie-Thérèse d'Espagne, le 9 juin 1660.

 

A marée basse certains bateaux touchent le fond ce qui démontre la faible profondeur du port.

 

La pêche joue un rôle très important dans l'économie de cette commune. La ville fut ravagée par de terribles raz de marées (1680, 1749 et 1782) et contribua à la construction des digues en 1827. 

 

 

Arrivée au port d’un bateau de pêche.

Ciboure fut le village d'artistes comme Maurice Ravel, auteur du fameux " Boléro", l'un des plus grands compositeurs contemporains. Sur le quai, sa maison natale arbore une superbe façade en pierre de taille ( au fond à gauche de la photo ). De nombreux peintres tel que Ramiro Arrue, Gustave Collin firent de ce port et de ses ruelles, un atelier de plein air. 

 

Sur la droite de la plage au fond et en haut se trouve un chemin cotier qui vous permet de suivre le bord de mer jusqu’à Biarritz. Ce chemin vous permet de voir les falaises magnifiques travaillées par la mer et les vents qui sont assez forts en en période d’hiver.Un conseil en hiver ou en éte ne ratez pas cette ballade.

 

Voici une autre vision des falaises avec au fond Biarritz

 

Voici l’ambiance dégagée dans les falaises par temps de pluie. Une couleur singulière et une brume se dégage et imprime une atmosphère unique. Le lieu reste dangereux en cas de fort vent.

 

Par temps de pluie le port de Ciboure est baigné par une lumière magique. 

 

 

Voici la vision du port de Ciboure par mauvais temps depuis le chemin qui se trouve au fond de la plage de St Jean de Luz.

 

Construit en 1834, haut de 73 mètres et avec 248 marches le phare que vous pouvez voir au fond est aussi la limite séparant la cote sablonneuse des Landes de la cote rocheuse du Pays Basque.

Le port est très bien protégé des tempêtes, mais parfois lorsque la mer est très forte certains accès pour les piétons sont fermés.

 

 

 

Ici la vision du port bien protégé de la pleine mer dégage une atmosphère très particulière lorsque la mer est forte.

 

 

 

 

La Villa Belza (1880-1895) est située en face du trou du diable, entre la côte des Basques et le port. Elle offre à ses occupants une vue magnifique. Mais, à cause de sa proximité avec l'Océan, les vents et le sel la rongent; elle s'abîme et faillit tomber en ruine à cause de ses propriétaires peu intéressés à la maintenir en état. Restaurée depuis, elle est divisée en plusieurs appartements.

;

 
 
 
 

Là au fond commence la promenade qui longe la plage de la Concha ( coque ) qui vous amène jusqu'à Ondareta et le village de Orio au pied du Monte Igueldo, environs 3 km. Vous pouvez aussi prendre un bus qui vous dépose au pied. Mais le mieux est de d’effectuer la promenade en longeant par le bord de la baie, vous rencontrerez plusieurs constructions datant de l’époque où San Sebastian était une ville balnéaire.

La baie de la Concha, c’est le lieu emblématique de San Sebastian. Cette superbe baie, fermée par les reliefs du mont Urgull, de l’île Santa Clara et du mont Igueldo, donne à la ville des airs de Rio Janeiro. Pendant la journée de la gigantesque plage ( 3 km ) et admirez la vue en haut des deux monts dans lesquels ont été installés des jardins, un musée et un parc d’attractions.

 
 
 
 
 
Voici l'autre coté de la plage qui va vous guider jusqu'a le Monte Igueldo.
 
 
 
 

L’île de Santa Clara à gauche.

 

Au pied du Monte de Urgull se trouve le port de pêche avec quelques boutiques et des petits restaurants très souvent avec des menus à base de poisson. En suite en allant vers la gauche suivre le chemin qui méne à l'aquarium suivre le chemin en contounant le Monte Urgull jusqu'au pont de l'aquarium de l’embouchure du fleuve Urumea et la mer, environs 3 km.

 

Le port de pêche avec sur la droite les petits restaurants bien typiques. Il faut aussi savoir que le port comporte une partie pour les bateaux de commerce qui est important.

 

Voici l’embouchure du fleuve Urumea qui par mer forte les houles arrivent au 3e étage des immeubles. Ayant vécu à San Seabastien à l’age de 9 ans, je me souviens encore du jour ou m’approchant du bord, une houle m’importa me traînant à plus de 30 mètres. Cet endroit est un lieu de jeux pour les gamins par mer forte. A L’époque il y a avait un cinéma, je me souviens encore, Le Miramar et très souvent il été fermé à cause des vagues qui inondaient la sale.

 

 

Voici le contacte de l'eau de la mer et l'eau du fleuve Urumea. Un spectacle magique par mer forte.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
7 septembre 2005 3 07 /09 /septembre /2005 23:00

 

 

 

 

VILLAGE DE POLOP AVEC LES 221 JETS D'EAU

 

 

 

 

 

LA REPARTITION DES JETS CORRESPOND A DES VILLAGES DE LA REGION

 

 

 

 

 

VOICI LES EAUX DU VILLAGE D'ALTEA

 

 

 

 

 

COMME VOUS LE VOYEZ LES FEMMES EN PLEIN TRAVAIL

 

 

 

IL FAIT TRES CHAUD DANS CETTE PLACE GENEREUSE EN EAU FRAICHE ET VOUS POUVEZ CHOISIR L'EAU DE LA REGION QUE VOUS VOULEZ.

 

 

 

VOICI LA GARE DU TRAIN REGIONAL D'ALTEA

Comme vous le voyez au fond la ville d'Altea est le point le plus élevé de la localité: de la place de l'église Notre Dame de la Consolation, couronée par par des singulières coupoles aux tuiles bleues et blanches.

 

 

 

 

 

 

 

 

POUR ARRIVER A LA PLACE DE L'EGLISE, IL FAUT MONTER PAR DES RUELLES PAVEES EN ESCALIERS, BORDEES DE MAISONS BLANCHES CARACTERISTIQUES.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

VOICI L'EGLISE AVEC LES LES COUPOLES AVEC LES TUILES BLEUES ET BLANCHES.

 

 

 

 

LA PLACE DE L'EGLISE DE LA QUELLE VOUS DOMINEZ TOUT LE LITORAL ET LES PLAGES. DE LA LA VILLE NOUVELLE EST A VOS PIEDS.

 

 

 

IMAGE DES RUELLES D'ALTEA. LES HABITANTS SONT A L'INTERIEUR POUR SE PROTEGER DE LA CHALEUR.

 

 

 

LES MAISONS BLANCHES D'ALTEA SONT TRES FLEURIES ET LES RUES TRES PROPRE.

 

 

 

 

 

 

 

BORD DE MER D'ALTEA AVEC DES RESTAURANTS TOUT LE LONG.

 

 

 

PLACE DE LA MAIRIE DE GUADALEST.

 

 

 

LA MAIRIE DE GUADALEST

 

 

 

VILLAGE DE POLOP

 

 

 

SITUATION DE POLOP

 

 

 

AU SOMMET D'UN PITON, GUADALEST DOMINE AVEC SES MAISONS BLANCHES ENCAISSEES DANS LE ROCHER, UNE VASTE VALLEE ENCADREE PAR LES MONTAGNES. 

VOICI UNE WEBCAM DE GUADALEST

http://webcam.comunitatvalenciana.com/webcamcostablanca-elcastelldeguadalest.htm?id_camara=31&AVT_SESION_ID=e6239be92742469c88e3679bdfbdb0be

 

 

 

VOICI LE LAC DE GUADALEST QUE NOUS POUVONS VOIR DEPUIS LA PLACE DE LA MAIRIE

 

 

 

IL EST POSSIBLE DE FAIRE LE TOUR DU LAC PAR DES CHEMINS QUI L'ENTOURENT. PREVOIR ENTRE 3 ET 4 HEURES DE MARCHE.

 

 

 

 

 

 

POUR FAIRE LE TOUR, IL VAUT MIEUX LE FAIRE LE MATIN A CAUSE DE LA CHALEUR. EN CAS DE CHALEUR UN PLONGEON DANS LE LAC ET NOUS VOILA EN FORME POUR CONTINUER.

 

 

 

L'EAU DU LAC EST TRES FRAICHE MAIS AVEC DES TEMPERATURES ENTRE 30 ET 35° C, PAS DE PROBLEME ELLE EST BONNE.

 

A VOUS DE CONTINUER LA RANDONNEE.

 
Repost 0
31 août 2005 3 31 /08 /août /2005 23:00

 

 EN CONSTRUCTION

Conques étape médiévale pour les pèlerins de St Jacques de Compostelle retrouve sa notoriété à cause de l’importance du patrimoine remarquable, site, village, abbaye, tresor.

Le village préservé avec ses ruelles, ses maisons à pans de pierre. L’abbatial et le pont des pèlerins sont inscrits sur la liste du Parimoine de l’ UNESCO au titre des chemins de St Jacques de Compostelle.

A la fin du VIIIe siècle, l’ermite Dadon choisit ce lieu en forme de coquille pour se retirer dans le calme et la solitude. Ainsi naquit un monastère de bénédictins. Grâce aux reliques de Sainte Foy qu’un moine dérobe à Agent en 866, Conques devient un centre de pèlerinage puis une étape sur le chemin de St Jacques de Compostelle.

Monument majeur du patrimoine Architectural médiéval, l’abbaye de Conques s’enorgueillit d’abriter un trésor  de sculptures romanes comme le tympan du Jugement Dernier.

Conques se situe les départements de l’Aveyron et du Cantal, entre les régions Midi Pyrénées et l’Auvergne à l’intérieur d’un plateau schisteux.

Conques doit son nom à ce site en orme de coquille ( concha en latin ).

Le village, de nos jours, frappé par l'exode rural et le déclin de l'agriculture, tire l'esentiel de ses ressources du tourisme culturel.

 

 

 

 

Voici un lieu d'étape des pèlerins et des randonneurs.

 

 

 

 

 

 

L' office du tourisme bien représentatif de Conques.

Ici nous trouvons l'orignalité des façades à pans de bois disposés en oblique ou en X, avec un replissage de schiste ou de pisé.

 

 

 

Au fond l'office de tourisme

 

 

 

Les tours de l'abbatiale Sainte Foy

 

 

 

Au fond l'abbatiale se Sainte Foy et les tours de forme pyramidale.

 

 

 

 

 

 

Les tours de façade de l'église, arasée par un incendie allumé par des peotestant en 1568.

Reconstruite avec des lourdes pyramides de pierre en 1881 est le prototype de l'église romane.

 

 

 

 

Les hautes toitures aux reflets d'argent, agrémentées de lucarnes contribuent au charme du village

Il n'existe plus de maisons d'époque romane et les plus anciennes du village dattent de la fin du Moyen Age. L'adaptation à la pente du terrain et l'utilisation des matériaux locaux confèrent une unite harmonieuse à l'habitat, quelle que  soit l'époque de construction. Disposées en paliers sur les versants, les maisons tournent en général leur façade principale vers le midi.

 

 

 

Détail des toitures et des lucarnes le tout en schiste.

 

 

 

 

 

Ici nous voyons la tradition de la construction des rues et des murs des maisons qui donnent cet air de Moyen Age.

 

 

 

Le schiste règne partout comme vous pouvez le voir sur les toits.

 

 

 

L'abbatiale SAINTE- FOY avec le portail du jugement dernier.

 

 

 

Detail du portail du Jugement dernier avec 123 personages dans un état de conservation remarquable, anges et élus d'un coté, diables et damnes de l'autre, se répartissent autour de la figure centrale du Christ.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Repost 0
28 août 2005 7 28 /08 /août /2005 23:00
Repost 0
18 août 2005 4 18 /08 /août /2005 23:00

LA MAGIE ET LES VILLAGES DE PARIS

PARIS 13e

 

 

 

 

PARIS 13e

 

 

 

PARIS 13e

PARIS 14e

 

 

PARIS 11e

 

 

PARIS 13e

PARIS 19e

PARIS 19e

PARIS 19e

 

 

 

PARIS 10e

 

 

PARIS 14e

 

 

 

PARIS 19e

DANS PARIS IL EXISTE AUSSI DES COINS PAISIBLES AU BORD DE L'EAU

 

 

 

SOLUTION POUR LUTTER CONTRE LA POLUTION

LE MOYEN DE COMMUNIQUER LE PLUS ECONOMIQUE ET CELA MARCHE, REGARDEZ TOUS LES GENS QUI ECOUTENT

 

LE REPOS FORCE DE L' ARTISTE

Le rouge reste la couleur préférée

 
Repost 0
Francisco CRESPO - dans PARIS
commenter cet article
13 août 2005 6 13 /08 /août /2005 23:00

  

Du monde des vivants nous passons à celui dans le quel nous trouvons nos souvenirs, nos racines, notre passé, notre savoir. Dans ce monde nous trouvons ceux qui nous ont accompagné dans ce monde où nous vivons et dans le quel, il nous reste que le souvenir. Un lieu ou vous nous avez laissé un fil avec le quel jour après jour nous tissons le chemin invisible de vos souvenirs.

Le Père-Lachaise est situé sur l'une des sept collines de Paris, celle de Champ-l'Evêque. Cette dernière, qui couvrait au Moyen Age l'essentiel de la commune de Charonne, appartenait à l'évêque de Paris. On y cultivait des légumes, des céréales et du raisin vendus sur les marchés de Paris.

Prévu dès 1801, le Père-Lachaise a été ouvert le 21 mai 1804 sur une ancienne propriété campagnarde ayant appartenu aux jésuites parisiens, notamment au plus illustre d’entre eux le père François de la Chaise qui fut le confesseur et le conseiller du Roi-Soleil, Louis XIV. Cette propriété, qui était composée de jardins entourant une grande maison, était située sur les pentes de la colline de Charonne, en un lieu appelé Mont-Louis, à la sortie immédiate de Paris. La Ville de Paris était alors moins étendue qu’aujourd’hui et quand ses limites furent reculées en 1860 le Père-Lachaise ainsi que les cimetières de Montparnasse et de Montmartre, créés en 1824 et 1825 selon les mêmes critères, furent alors englobés dans Paris. Ces trois cimetières, en effet, avaient été aménagés à l’extérieur de la Ville, en vertu de la législation de l’époque (1804).

 Le Cimetière de l'Est, d'une superficie de 17 hectares à l'origine, était destiné aux sépultures des Parisiens décédés dans l'un des quatre arrondissements de la rive droite, soit en fosse commune, soit en concession perpétuelle. Brongniart concevra un lieu inédit en France, une sorte d'immense jardin dont les arbres majestueux, d'essences variées, côtoieraient les sépultures sculptées, et dans lequel on pourrait se promener agréablement, le long des allées accidentées, sans être angoissé par la présence de la mort. La mort serait "apprivoisée" dans ce parc où règnent avant tout le charme et la poésie.

Les bourgeois refuseront de se faire enterrer dans le cimetière, inauguré le premier prairial de l'an XII (21 mai 1804), situé dans un quartier pauvre et populaire. Le Père-Lachaise ne comptera que 13 tombes en 1804, 44 en 1805, 49 en 1806, 62 en 1807, et 833 en 1812. Le transfert des cendres d'Héloïse et Abélard, de Molière et de La Fontaine, en 1817, balaiera la mauvaise image du cimetière. Ce dernier comptera 33 000 tombes en 1830. Il sera agrandi à cinq reprises entre 1824 et 1850 et loti en 97 divisions délimitées par les allées de l'ancien parc. Il couvre aujourd'hui une superficie de 44 hectares.

La configuration particulière du Père-Lachaise, terrain en pente le long d’une colline, et la présence de nombreux arbres et arbustes, entretenus par les jésuites, déterminèrent le gouvernement de l’époque, celui de Napoléon Bonaparte, à en faire un cimetière d’un genre tout à fait nouveau prenant la forme d’un véritable " jardin pour les morts ". Le célèbre architecte Alexandre Brongniart, auteur du palais de la Bourse à Paris, fut alors désigné pour tracer, sur une surface de 17 hectares, agrandie par la suite, les plans d’un cimetière paysager dessiné sur le modèle d’un " parc à l’anglaise " c’est-à-dire avec de nombreux arbres, des bosquets, des arbustes, des chemins sinueux et des parcours accidentés, le tout formant un site romantique favorisant la promenade respectueuse et recueillie des visiteurs, les tombes des morts étant insérées dans un ensemble à dominante végétale.

Il faut savoir qu’à l’époque la plupart des défunts étaient encore enterrés dans des fosses communes,* en vertu d’une vieille tradition multiséculaire, les inhumations dans des tombes individuelles étant rares et exceptionnelles. Avant la Révolution, elles avaient lieu dans des églises et elles étaient réservées aux membres du clergé ainsi qu’aux notables riches et puissants tandis que les gens du peuple n’avaient droit qu’à la fosse commune dans un cimetière paroissial dépendant de l’église et souvent contigu à celle-ci.

 

 

 

 

EUGENE DELACROIX

Inspira le mouvement romantique dans la peinture

 

 

 

MOLIERE ET A GAUCHE LA FONTAINE

 

Le Père-Lachaise compte aujourd’hui plus de 4 000 arbres, situés pour la plupart dans sa partie la plus ancienne dite " romantique ". Celle-ci, à savoir les 17 hectares initiaux et les premiers agrandissements, constitue un site classé depuis 1962. Dans ce site classé, tous les monuments funéraires antérieurs à 1900, c’est-à-dire environ 30 000, sont inscrits à l’inventaire des monuments historiques. Par ailleurs, on dénombre douze monuments historiques classés : portail et chapelle de Godde, monument aux morts de Bartholomé, Héloïse et Abélard, Molière et La Fontaine.

Jean de LA FONTAINE ( 1621 - 1695 )

            LE LABOUREUR ET SES ENFANTS

Travaillez, prenez de la peine

 

C'est le fonds qui manque le moins.

 

Un riche Laboureur, sentant sa mort prochaine,

 

Fit venir ses enfants, leur parla sans témoins.

 

Gardez-vous, leur dit-il, de vendre l'héritage

 

Que nous ont laissé nos parents.

 

Un trésor est caché dedans.

 

Je ne sais pas l'endroit ; mais un peu de courage

 

Vous le fera trouver, vous en viendrez à bout.

 

Remuez votre champ dès qu'on aura fait l'Oût.

 

Creusez, fouiller, bêchez ; ne laissez nulle place

 

Où la main ne passe et repasse.

 

Le père mort, les fils vous retournent le champ

 

Deçà, delà, partout ; si bien qu'au bout de l'an

 

Il en rapporta davantage.

 

D'argent, point de caché. Mais le père fut sage

 

De leur montrer avant sa mort

 

Que le travail est un trésor.

 

 

 

 

 

HONORE DE BALZAC ( 1799 - 1850 )

Buste en bronze par Pierre-Jean David d'Anger ( 1788 - 1856 ) 

Ecrivains, musiciens, peintres, autres artistes, hommes politiques, savants, médecins, inventeurs, architectes, chefs militaires, etc., toutes les activités humaines et toutes les disciplines ayant fourni à l’humanité des célébrités sont présentes au Père-Lachaise.

 

 

 

Frédéric Chopin, compositeur polonais né en 1810, mort le 17octobre 1849 d'une maladie pulmonaire.

Sculpteur : Jean-Baptiste, dit Auguste Clésinger (1814-1884)

 

 

 

  

ALFRED DE MUSSET ( 1810 - 1857 )

Mes chers amis, quand je mourrai
Plantez un saule au cimetière.
J’aime son feuillage éploré ;
La pâleur m’en est douce et chère
Et son ombre sera légère
A la terre où je dormirai

 

 

 

ARBELOT Fernand 1880 - 1942 Gisant en bronze par Adolphe Wansart (1873-1954)

 

 

 

DETAIL DE LA SEPULTURE D' ARBELOT Fernand

Cette sépulture est un face à face avec celle qu'il a aimé. Cette sépulture est pour moi la plus representative d'un amour absolu.

Poursuit ta route poursuit ton rêve, moi lorsque je te regarde, je poursuis ma vie, je poursuis mon rêve.

Je t’ai tant aimé, je t’ai tellement adorée, que même dans la mort je veux te garder pour regarder couler les larmes du chagrin et la douleur de mon souvenir. Pardonne moi de t’avoir abandonné dans ce monde où tu n’as plus que mon souvenir.

 

 

 

ICI REPOSENT LES CORPS D' ELOISE ET ABELARD

 

 

 

Amants légendaires du Moyen Age, HELOISE ET ABELARD.

 

 

 

DETAIL DE LA SEPULTURE D' ELOISE ET ABELARD

 

 

 

DETAIL DE LA SEPULTURE D' ELOISE ET ABELARD

 

 

 

HISTOIRE D' ELOISE ET ABELARD

 

 

  

  

AU PERE LACHAISE SOUVENT LES COMPORTEMENTS SONT INSOLITES, ICI DES GAMINS JOUENT AUX CARTES

 

  

Dans les 69 000 tombes environ que compte le Père-Lachaise on peut remarquer la présence de très nombreuses personnalités ou célébrités qui eurent leur heure de gloire à leur époque et dont beaucoup intéressent encore le public d’aujourd’hui, ce qui fait du cimetière un des lieux les plus visités de Paris après la Tour Eiffel, le Louvre et Notre-Dame. Le Père-Lachaise en effet reçoit environ 2 millions de visiteurs par an attirés par la beauté du site, le nombre, la variété et l’importance des personnages célèbres, le charme spécifique de ce " jardin pour les morts " qui n’a pas son équivalent, la qualité des œuvres d’art qui décorent de nombreux tombeaux.

JIM MORRISON chanteur ( 1946 - 1971 )

Vivant DENON diplomate et littérateur ( 1747 - 1825 )

Statue en bronze de Pièrre  Cartellier ( 1757 - 1831 )

A LA MEMOIRE DES ESPAGNOLS TOMBES AUX COTES DES TROUPES ALLIEES DANS LE MAQUIS OU FUSILLES

( le S est l'inscription des espagnols pris par les nazis et envoyés dans les camps de concentration )

DETAIL DU MONUMENT DEDIE AUX ESPAGNOLS TUES PAR LES NAZIS

 

 

 

L' IMAGINATION AU SERVICE DE LA DOULEUR ET DU CHAGRIN

VOICI UN LIEU REMARQUABLE POUR EFFECTUER LE DERNIER VOYAGE DANS LA NATURE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ICI LE TEMPS LAISSE COULER LES PLUS BELLES COULEURS POUR LES RENDRE DISPONIBLES A LA DERNIERE CREATION DE L'ARTISTE

 

 

ICI REPOSE PAS TROP LOIN DE LUI LA SOEUR D' ALFRED DE MUSSET

 

 

DETAIL MONTRANT UNE CERTAINE SERENITE

 

 

IL SE REPOSE

 

 

LE SILENCE S' IMPOSE

 

 

UNE ATTENTE INTERMINABLE

 

 

LA REFLEXION PRODUIT UNE QUESTION SANS REPONSE

 

 

UNE MERVEILLE DE SEPULTURE

 

 

 

 

 

REGARDEZ BIEN LE DETAIL A GAUCHE DE LA PORTE

 

 

VOICI LE DETAIL

 

 

LUTTE ENTRE LA VIE ET LA MORT, LE TEMPS QUI PASSE FAIT VIVRE LA NATURE

 

 

RETOUR A LA NATURE

 

 

LA NATURE PROTEGE LA VIE PASSEE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Repost 0
Francisco CRESPO - dans PARIS
commenter cet article
9 août 2005 2 09 /08 /août /2005 23:00

 

CENTRAL PARK

 En été cet endroit est un lac

  

 

 

 

  CENTRAL PARK

ce petit lac transformé en patinoire en hiver est un emerveillement au milieu des gratte-ciel, la musique accompagne les patineurs et plonge le spectateur dans un monde de magie.

  

 

  

  CENTRAL PARK 

                   Le même lac en été est un régal.

  

 

 

  

                                                                   CENTRAL PARK 

En été en observant bien nous trouvons un peu de la mentalité américaine, les sportifs du dimanche, les bureaucrates qui quittent leurs chaussures de ville pour s'équiper de baskets avant de traverser le parc pour rentrer chez eux, ceux qui observent aux jumelles les appartements qui entourent le parc. Ces appartements et résidences fastueuses qui sont occupés par les acteurs de cinéma, chanteurs, artistes sans oublier les très riches qui font vivre les quartiers de la finance et des affaires.

Sur cette photo si vous l’agrandissez vous pouvez découvrir cette femme qui observe aux jumelles les appartements pour tenter de découvrir très certainement une actrice ou acteur de cinéma. Cet Park est l’image même de New york. Toutes les mentalités se mélangent et tout est possible.

 

  

 

 

 

 CENTRAL PARK  

Les appartements observés aux jumelles ( j' en ai vu qui regardaient avec de lunettes pour observer le ciel la nuit ) par les curieux.

  

 

 MANHATTAN

 

 

 AU FOND LE EMPIRE STATE BUILDING 

 

 

                                      PAR ENDROITS LE SOLEIL NE TOUCHE JAMAIS LE SOL.

 

 

 

 

   

                    MANHATTAN EST UN QUARTIER QUI INVITE A MARCHER SOUVENT LA TETE EN L'AIR

 

 

      LES FACADES DES IMMEUBLES SE REFLETENT LES UNES SUR LES AUTRES COMME SUR CETTE PHOTO

  

  

  

 

 

ICI LA PUB EST REINE

  

 

 

 

 LE QUARTIER DE BROADWAY

 

 

 

  LES TYPIQUES ESCALIERS DE SECOURS

  

 

  

 

 

L' ANIMATION DES QUARTIERS DE MANHATTAN AUX HEURES DE SORTIE DES BUREAUX

 

 

 

DANS CRETAINS QUARTIERS TOUT EST NEONS ET LUMIERES  

 

 

 

 

 LE CIEL EST BLEU MAIS LES ES NE SONT PAS BAIGNEES PAR LE SOLEIL

 

 

  

 

 

 LE LUXE EST DANS LA 5av 

 

 

 

 

 TOUTES LES SURFACES SONT BONNES POUR LA PUB.

LA PUB EST EN MARCHE









 JARDINS SUR LES FACADES DES GRATTES CIELS

LA NATURE EST DANS LA VILLE, IL FAUT LE CREER ET L' IMAGINER EN HAUTEUR.

 











 

 

 

 

 

 

 

 

LA VILLE SE DEVELOPPE EN HAUTEUR

Pour optimiser la place disponible dans certaines rues les stationnements se fait sur 2 niveaux.

  

 

 

 

 ROCKFELLER CENTER

Ici la célèbre statue en bronze doré de PROMETHEE venant de dérober le feu sacré pour le donner à l' humanité.Chaque année au mois de décembre, un arbre de Noél de plus de 30m de haut est placé pour attirée les promeneurs attirés par la féerie.

 



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
23 juillet 2005 6 23 /07 /juillet /2005 23:00

Cette vision de Paris n’est qu’une petite image très rapide et loin d’être complète de cette Belle Capitale qu’est Paris.

BALZAC disait ‘’ Qui n’a pas admiré tes sombres paysages, tes échappées de lumière, tes culs-de-sac profonds et silencieux ; qui n’a pas entendu tes murmures entre minuit et deux heures du matin, ne connaît encore rien de ta vraie poésie , ni de tes bizarres et larges contrastes. Il est un petit nombre d’amateurs, de gens qui ne marchent en écervelés, qui dégustent leur Paris, qui ne possèdent si bien la physionomie qu’ils y voient une verrue, un bouton, une rougeur. Pour les autres Paris est toujours cette monstrueuse merveille, étonnant assemblage de mouvements, de machines et de pensées, la ville aux cents mille romains, la tête du monde. Mais pour ceux la, Paris est triste ou gai, laid ou beau, vivant ou mort ; pour eux, Paris est une créature ; chaque homme, chaque fraction de maison est un bloc du tissu cellulaire de cette grande courtisane de la quelle ils connaissent parfaitement la tête, le cœur et les mœurs fantasques. Aussi ceux la sont-ils les amants de Paris ; ils lèvent le nez à tel coin de rue, surs d'y trouver le cadran d'une horloge; ils disent à un ami dont la tabatière est vide: Prends par un tel passage, il y a un débit de tabac, à gauche, près d'un pâtissier qui a une jolie femme. Voyager dans Paris est, pour ces poètes, un luxe couteux.

Ferragus est le premier épisode de l'Histoire des Treize, que Balzac ( 1799-1850 ) n'acheva jamais.

 

 

 

 

 

VUE PLONGANTE DEPUIS L'INSTITUT DU MONDE ARABE

Vue de Notre Dame et de l' Ile St Louis sur la droite.

SUR LES PENICHES VOUS POUVEZ VOUS REPOSEZ D'UNE PROMENADE DANS PARIS EN DEGUSTANT UNE BOISSON ET ASSISTER A UNE PIECE DE THEATRE OU ECOUTER  DE LA MUSIQUE.

La Seine, en traversant Paris partage la ville en deux mondes. Rive droite, le monde des affaires, du luxe et du commerce. Rive gauche, celui de la culture, des institutions et de ses métiers. Cette dichotomie entre les deux rives remonte au XIIe siècle avec son apogée dans les années 1930 - 1940, quand le quartier de St Germain des Prés prétend au titre de centre intellectuel.

La vocation culturelle de la Rive gauche, notion qui désigne surtout le Ve, VIe et VIIe arrondissements prens naissance au XIIe siècle avec la création de l'Université. Le quartier latin fut ainsi nommé car la majorité de sa population parlait le latin. Aujourd'hui il conserve sa réputation, plus symbolique que réelle de quartier de l'élite intellectuelle car tout change et se transforme. Les traces du temps passé meurent peu à peu poussées par les boutiques et la mode aux noms américanisés et se transforment. Tout est commercial sans pitié pour les images du passé. C'est très dommage d'avoir perdu l'emblématique culture de tous ces quartiers, qui commencent à ressembler aux quartiers des autres capitales du monde.

CAFE CONCERT

 

 

 

ARSENAL DE PARIS AVEC DES BATEAUX HABITES TOUTE L' ANNEE ET LA VOUS RENCONTREZ DE BAROUDEURS DES CANAUX.

 

 

LE SACRE COEUR DOMINE PARIS ET VOUS PERMET D'AVOIR UNE VUE D' ENSEMBLE DE PARIS.

 

 

 

PONT ALEXANDRE III

Pour sceller l'alliance avec la Russie le pont prend le nom d' Alexandre III. Les candélabres sont des copies de ceux du pont de la Trinité à St Pétersbourg.

 

 

 

DETAILS DU PONT ALEXANDRE III

 

 

LE MOULIN ROUGE

Le Moulin Rouge lieu mythique du spectacle parisien aujourd’hui faisant partie des circuits touristiques comportant un spectacle dans Paris. Le French Cancan fut inventé dans ce lieu de la Place Pigalle.

LES DEUX MAGOTS

Ce café il a offert à des intelectuels un lieu de débats et de production d'idées. Sartre et Beauvoir, après la guerre firent des cafès de St Germain des Prés des lieux littéraires. En été ce lieu comme son voisin Café de Flore restent des lieux où les touristes se melangent avec quelques personnages habitués des lieux qui jouent à se faire bien voir.  Cela devient un spectacle qui vous fait passer un moment au tour d'un verre, prendre la tandance de la mode et d'une manière de vivre dans ces quartiers de St Germain des Prés qui n'a plus rien à voir avec les années avant 1968. Aujourd'hui il ne reste que les feuilles mortes et les souvenirs.

Cet endroit, vit,respire,palpite et dort part la vertu e trois cafés aussi célèbres aujourd’hui que des institutions d’Etat :  Les Deux Magots, le Café de Flore et la Brasserie Lipp, qui ont chacun leurs hauts fonctionnaires, leurs chefs de service et leur gratte-papier, les quels peuvent être des romanciers traduits en plusieurs langues, des peintres sans atelier, des critiques sans rubriques ou des ministres sans portefeuilles. L’art et la politique s’y donnent la main, l’arriviste et l’arrivé s’y coudoient. Le Café des Deux Magots, devenu ‘’ des deux mégots’’ pour les initiés. Etablissement assez prétentieux et solennel où chaque consommateur représente pour son voisin un littérateur. Par sa large terrasse, si agréable à la marée montante des matins ou à la descente du crépuscule d’été, par la cherté de ses consommations, les plus chères de Paris, le Café des Deux Magots est fort recherché des snobs, qui trouvent pas une dépense exagérée pour qui veut assister à l’apéritif des écrivains modernes. Il reste un des endroits de la capital où l’on se sent le plus ‘’ à la page ‘’.

Ce texte est tiré de Le Piéton de Paris, publié en 1939 et écrit par Léon-Paul Fargue ( 1876-1947 ).

 

 

 

CAFE DE FLORE

Lui aussi lieu mytique du temps passé. Aujoud'hui seule la nostalgie est présente. Lieu de spectacle où les uns font semblant d’être et les autres de ne pas être, jeu subtil mais réel où tout le monde veut être vu.

 

 

 

 

 

 

PLACE DES VOGES

Elle fut baptisée ainsi par Napoléon en 1800, qui lui donna le nom du premier département qui s'était acquitté de ses impots.

De ses impôts. Les trente six pavillons obéissent toujours aux règles établies par Henri IV en 1604, façades recouvertes de brique vraie ou feinte à chaînage de pierre, hauts combles à la française recouverts d’ardoise ; deux étages reposant au rez-de chaussée sur une gallérie en arcade, qui tient lieu de promenade et désormais, de galeries marchande. Presque tous les pavillons, possèdent une riche histoire comme l’hôtel de Coulanges ( N° 1 bis ) vit naître la future marquise de Sévigné. L’hôtel de Bassompière ( N°23 ) contient l’un des plus beaux escaliers du Marais ( quartier où se trouve cette place ) avec sa rampe à balustres sculptés,ornée de vases de fruits et de visages féminins ou de masques d’hommes grimaçants. Dans l’hôtel Rohan Guéméné ( N° 6 ) un musée à la mémoire de Victor Hugo qui habitat le deuxième étage. Tout cet ensemble un cadre prestigieux.

 

 

 

POINTE DE L'ILE ST LOUIS DU COTE QUAI DE BOURBON

Cet endroit a été le décord de nombreux fims à cause du romantisme qu'il dégage. Une merveille pour se promener la nuit en amoureux et faire de ce lieu le temoin de vos amours romantiques.

 

 

LA PYRAMIDE QUI SERT D' ENTREE AU MUSEE DU LOUVRE

Cette pyramide fait partie du réaménagement du Louvre, confié à l'architecte américain d'origine chinoise.

 

LA TOUR EIFFEL avec au fond le Trocadéro

Haute de 300 mètres aujourd'hui, symbolise Paris dans le monde entier. Choisie parmi 107 projets, sa construction fut décidée pour l' Exposition universelle de 1889. Moins de 2 ansfurent nécessaires à Gustave Eiffel pour réussir cette prouesse technique consistant à assembler plus de 18 000 pièces de fer à l'aide de plus de 2 500 000 rivets. Elevée à l'origine pour 20 ans, elle fut sauvée par son utilisation scientifique.

Les fondations, commencées le 28 janvier 1887, durèrent 5 mois, en mars 1888, la jonction des 4 piliers était réalisée. Du premier étage à 57 mètres du sol jusqu'au deuxième à 115 mètres, la tour s'éleva de 10 mètres par mois.

Elle fut inagurée le 31 mars 1889, Gustave Eiffel gravit les 1710 marches.

C'est sur tout Paris qu'elle veille dépuis plus de 100 ans. Point de vue incomparable, prise d'assaut par les touristes qui peuvent monter à pied ou en ascenseur.

Pour démontrer son utilité, Eiffel en fit le support de laboratoires méterologiques, d'aérodynamique et d'étalonnage des instruments de mesure de pression. Elle deviendra ensuite une station de TSF ( 1898 ), de radio ( 1925 ) et de télévision ( 1925 ).

 

 

 

AU PREMIER PLAN LES JARDINS DU TROCADERO

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0